lundi, juin 17, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Saison des mangues à Bobo : Cherté du fruit et morosité du marché

spot_img

Partager sur

C’est la période des mangues. A Bobo-Dioulasso, plusieurs personnes s’adonnent à la vente de ces fruits très prisés par les populations. Installés dans les marchés et yards, aux abords des voies et devant des concessions, ces vendeurs et revendeurs proposent divers types de mangues. Mais cette année, « la mévente et la cherté » du fruit demeurent une réalité. Constat !

En cette saison des mangues à Bobo-Dioulasso, difficile de faire un tour en ville sans en apercevoir des tas. Au marché des fruits et légumes, au bord des voies, devant des concessions, tous les endroits sont bons pour exposer sa marchandise.

Awa Lamoukri

Habituellement période de vaches grasses pour les vendeurs, la saison des mangues semble difficile cette année pour les acteurs. « Le marché est morose et les fruits sont chers », clament-ils.

Awa Lamoukri est une vendeuse de mangue depuis plus d’une dizaine d’année au marché des fruits et légumes de Bobo-Dioulasso. Pour elle, le prix des mangues de cette saison est trop élevé. La mauvaise récolte dit-elle, en serait la cause.

« Les récoltes des mangues n’ont pas été bonnes cette année. Le prix est trop élevé. Avant, je pouvais avoir un tricycle rempli de mangue entre 40 et 45 mille fcfa. Mais cette année, nous prenons à 70 000f ou 75 000f. Je pouvais vendre le carton à 6000f en début de saison et vers la fin à 7000f ou 8000f. Mais cette année, c’est impossible. Je ne peux pas vendre le carton à 6000f », a-t-elle expliqué.

A Bobo, on trouve les mangues à tous les endroits

A quelques jets de pierre de Awa Lamoukri, nous rencontrons Minata Barro. Revendeuse de mangue depuis plusieurs années, elle confit faire face à de nombreuses difficultés cette année. « Je ne vends les mangues que pendant cette saison. D’habitude, elle était une période de vaches grasses car, on gagnait beaucoup d’argent. Mais cette année, le marché est morose et les prix sont un peu élevé. Nos fournisseurs disent que les récoltes ne sont pas bonnes et c’est ce qui explique la cherté des mangues cette année », explique-t-elle d’un air triste !

Des consommateurs qui se plaignent de la cherté des mangues, cette dernière ne manque pas d’argument pour expliquer la situation. « Les tas de mangues qu’on pouvait vendre à 200 fcfa, cette année, ce n’est pas possible. C’est parce que nous achetons cher que nous sommes obligés de revendre cher également » tente-t-elle de convaincre.

Minata Barro, vendeuse de mangues

Tout comme les précédentes, Djeneba Sidibé est aussi revendeuse de mangues. La situation du marché cette année dit-elle, est une première depuis qu’elle s’est adonnée à la vente des mangues.  « Cela fait plus d’une vingtaine d’années que je vends les mangues. Mais cette année je suis dépassée par la situation. Mes mangues sont déjà très mûres et commencent même à pourrir par manque de clients » lâche-t-elle sur un ton colérique.

« C’est un grossiste qui nous envoi les mangues.  C’est un peu cher malgré que les mangues soient disponibles un peu partout à Bobo-Dioulasso. Nous les revendeurs, nous sommes obligés de vendre aux prix normaux pour maintenir la clientèle et éviter que nos mangues ne pourrissent » explique-t-elle.

En rappel, la mangue est le 8ème produit d’exportation au Burkina Faso. Elle compte parmi les filières porteuses avec des ventes estimées à plus de 20 milliards par an. Sa contribution au produit intérieur brut (PIB) est de 3%.  

Leïla Korotimi Koté/ Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...