mercredi, juillet 24, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Tabaski 2024 : Les prix des condiments montent d’un cran à Bobo-Dioulasso

spot_img

Partager sur

A l’orée de la Tabaski, les prix des condiments connaissent une flambée à Bobo-Dioulasso. Des tomates, aux choux en passant par les oignons et autres condiments, il faut débourser deux fois plus que d’habitude pour s’en procurer. Un coup dur pour la ménagère qui peine à remplir son panier à cette veille de la fête du mouton. Constant !

Nous voici au marché de Kuinima, au secteur 7 dans l’arrondissement 5 de la commune de Bobo-Dioulasso dans la matinée de ce vendredi 14 juin 2024.

Ici, les condiments sont exposés dans tous les coins et recoins. Courgettes, aubergines, tomates, choux, oignons et bien d’autres condiments qui inondent ce marché ont du mal à être écoulés par les commerçantes. Pour causes, flambée du prix des condiments qui ne sont pas à la portée de nombre de femmes.

Christelle Sanou est une ménagère de la trentaine. Venue acheter des condiments au marché de kuinima, cette dernière répare insatisfaite.  « Je suis venue payer des conditions mais je n’arrive pas. Tout est cher. On ne peut rien acheter que ce soit les tomates, les choux, rien n’est touchable. En ce qui concerne la fête, je ne sais pas quoi acheter comme condiment », a-t-elle soupiré.

Des condiments cherchent clientes

Tout comme Christelle, la plupart des femmes qui viennent faire le marché crient à la cherté des condiments. C’est le cas de Juliette Kabore. Pour elle, le prix des condiments connaît cette année une flambée par rapport à la tabaski passée.  « À la Tabaski passée, les condiments n’étaient pas aussi chers. Cette année on ne peut rien acheter. Ça fait des heures que je tourne en rond dans le marché. Ce n’est pas comme s’il n’y a pas de condiments. Le problème, c’est le coût qui est exorbitant », a-t-elle fait savoir.

Selon la dernière, la tomate semble être la plus chère. « Nous ne pouvons même pas acheter la tomate. Ce qu’on achetait à 200f est monté à 500f. Je pouvais me procurer la petite boîte de tomates à 500f ou 750f quand ça devenait cher. Mais actuellement c’est à 2500f. Je ne sais plus à quel saint me vouer alors que nous devons nourrir nos enfants surtout à cette fête de Tabaski », a-t-elle insisté.

La galère des commerçantes ….

Cette situation de n’est pas sans conséquence sur les affaires des commerçantes. C’est le cas de Fatimata Sanou, commerçante de légumes au marché de Kuinima.

Des tomates extrêmement chères selon les femmes

Pour elle, le marché se fait très rare comparativement à la Tabaski passée. Cette situation, reconnaît-elle, est due à la cherté des condiments qui ne sont pas à la portée de tous. « Franchement, il n’y a pas de marché cette année. Nos condiments sont en train de pourrir car les clientes n’arrivent pas à acheter » confirme-t-elle.

De la cherté des prix décrié par les femmes, cette dernière s’inscrit dans cette dynamique mais dit que ce n’émane pas d’elles mais plutôt de leurs fournisseurs. « Les condiments sont chers cette année, nous le reconnaissons. Mais cela n’est pas de notre faute. Nous prenons cher chez les grossistes. Pour pouvoir nous en sortir, nous sommes obligés de ventre ainsi » se justifie-t-elle.

Du reste, la plupart des commerçantes pointent du doigt la situation sécuritaire qui mine notre pays. Ce qui pousse de nombreux maraîchers et producteurs selon elles, à fuir les campagnes vers les villes abandonnant ainsi leur champs et jardins. Elles espèrent ainsi, le retour de la paix au Burkina Faso pour que tout redevienne comme avant.

Leïla Korotimi Koté et Nassiratou Nebié(stagiaire)/ Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...