jeudi, juillet 18, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Santé mentale de l’enfant : ACPC-BF à l’écoute des acteurs

spot_img

Partager sur

Actions pour le Changement Positif des Comportements – Burkina Faso (ACPC-BF) a, dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé « à l’école en toute sérénité », organisé, ce samedi 03 février 2024 à Bobo-Dioulasso, une rencontre de collecte de données sur la question de la santé mentale de l’enfant avec différents acteurs.

L’épanouissement ou la réussite scolaire de l’enfant dépend en partie, de l’état de santé mentale de ce dernier. C’est du reste la conviction de Actions pour le Changement Positif des Comportements – Burkina Faso (ACPCBF).

Il est donc nécessaire selon la structure dirigée par Evariste Loyara que les acteurs de la vie scolaire, les parents et la communauté en général soient ouillés pour mieux comprendre l’état d’esprit de l’enfant.

Acteurs de l’éducation et acteurs sociaux ont été écoutés

Elle envisage donc, avec ses partenaires, d’élaborer un manuel pour servir de boussole à cela. Mais il faut d’abord recueillir les avis des uns et des autres quant à leur appréhension de la santé mentale de l’enfant. D’où cette rencontre qui, en plus des enfants eux-mêmes, a réuni les enseignants, des acteurs sociaux, des parents, des chefs de circonscription et autres.

L’idée, écouter chaque catégorie en vue de comprendre leur appréhension de la question de la santé mentale des enfants, faire l’état des lieux et recueillir leurs attentes. « Nous allons ensuite voir comment mettre tout ceci ensemble pour concevoir un seul module ou document pour former les différents acteurs notamment les enseignants, les parents et les enfants eux-mêmes » indique Ibrahima Giroux, Dr en psychologie cognitive, enseignant chercheur à l’université Gaston Berger de Saint Louis au Sénégal par ailleurs conseiller régional du projet.

Ibrahima Giroux en compagnie des enfants

Pour Evariste Loyara, coordonnateur national de ACPC-BF, cela pourrait même servir de guide de plaidoyer auprès des autorités Burkinabè pour la prise en compte de la question de la santé mentale de l’enfant dans le système éducatif.

Que faut-il entendre par santé mentale ?

La santé mentale ici, différente de la maladie mentale (folie) est vue comme le bien-être de l’enfant. « On parle ici de tout ce qui concoure au bien-être de l’enfant » a précisé Evariste Loyara.

Evariste Loyara, coordonnateur national de ACPC-BF

Lequel est une condition sine qua non pour la réussite scolaire et même sociale de l’enfant à entendre le psychologue. « Il faut que les enfants se sentent bien dans nos maisons et à l’école, parce que s’ils se sentent bien à la maison et à l’école, ils vont beaucoup plus facilement apprendre pour facilement réussir à l’école » dit-il.

Du reste, pense-t-il que les investissements dans le domaine éducatif ne produiront les résultats escomptés si et seulement si cette question est prise en compte. « L’Etat peut investir tout l’argent qu’on veut sur la formation des enseignants, mais si les enfants ne se sentent pas bien, on ne verra pas le retour sur investissement. En revanche, si on s’occupe de la santé mentale des enfants, si on veille à ce que les enfants aiment l’école, qu’ils aiment apprendre, qu’ils se sentent en paix ou en joie à l’école, on va voir que l’Etat a véritablement investi dans le domaine de l’éducation puisqu’on peut voir les résultats de l’apprentissage » a-t-il ajouté. D’où l’importance de cet exercice selon lui.

Principaux concernés, les enfants ont donné leur point de vue

Pour mémoire, « à l’école en toute sérénité » est un projet financé par Kinderpostzegels, une organisation Néerlandaise et mis en œuvre depuis trois (03) ans.

Il comporte trois (03) axes à savoir l’éducation, la participation et la résilience. « La résilience est logée dans la santé mentale, opposée à la maladie mentale » a précisé Evariste Loyara, coordonnateur national de Actions pour le Changement Positif des Comportements – Burkina Faso (ACPC-BF), chargé de la mise en œuvre du projet dans la zone de Bobo-Dioulasso.

Jack Koné/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...