mercredi, juin 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Non loti du secteur 31 de Bobo : Sommées de déguerpir ce 30 mai 2024, les populations veulent « un bonus »

spot_img

Partager sur

Les habitants de la zone non lotie de Bindougousso, secteur 14 de Bobo-Dioulasso, doivent déguerpir ce jeudi 30 mai 2024 vers d’autres sites qui leur ont été octroyé par la SONATUR, propriétaire du site où ils habitent. Pour ces derniers, le délai est très court car n’ayant pas encore fini de construire sur les nouveaux sites. Face à cette décision, ils demandent la clémence de la SONATUR. Ils ont ainsi tenu un meeting ce mercredi 29 mai pour traduire leur désarroi et demander un délai plus long à la SONATUR.

Les habitants du « non loti » du secteur 31 de la ville de Bobo-Dioulasso sont dans le désarroi. Pour cause, l’heure du déguerpissement a sonné. Ils doivent déguerpir la zone qui appartient désormais à la SONATUR.

Chose que ces derniers ne refusent pas mais, pointe tous du doigt le délai qu‘ils jugent très bref. Ils étaient des centaines ce matin à prendre d’assaut leur quartier afin d’interpeler les autorités compétentes et demander par la même occasion la clémence de la SONATUR.

Fortement mobilisées, les populations demandent une prolongation du délai

Parmi eux, Abdoulaye Gnanou. Vivant dans le non loti de Bindougousso depuis une trentaine d’année, ce dernier estime que le délai est court. « Juste après la sortie de la liste en Août (ndlr : attribution des parcelles par la SONATUR en guise de dédommagement), nous avons convoqué deux rencontres avec les membres de la SONATUR mais personnes n’est venu. A notre grande surprise, c’est une note qui est sortie. Le délai de la première note était le 15 décembre 2023 que nous n’avons pas pu respecter.  Et la dernière note qui est la fin de ce mois. C’est le vendredi passé que j’ai eu vent du dernier communiqué de déguerpissement. Je suis parti immédiatement à la mairie pour prendre des informations. Ces derniers disent ne pas être au courant car c’est une décision de la SONATUR. Ils nous ont juste suggéré de faire une délégation et d’aller à la SONATUR. Même hier (ndlr : le 28 mai) nous étions chez le PDS de notre arrondissement pour lui exposer le problème mais rien. Ils disent ne rien pouvoir faire », a-t-il justifié.

Abdoulaye Gnanou

Pour lui, il ne s’agit pas d’un refus de partir. « Le délai de 3 mois ne nous arrange pas du tout. Sinon personne n’a refusé de partir. C’est juste le délai qui pose problème » insiste-t-il.

Outre le délai, la pauvreté un autre problème

Septuagénaire, Bakary Sanogo est habitant du « non loti » de Bindougoussso depuis les années 1994. Pour lui, le véritable problème, c’est la pauvreté.

En effet selon lui, c’est le manque de ressources financières pour mettre en valeur les parcelles qui leur ont été attribuées par la SONATUR qui est le véritable problème.  « Le véritable problème est que nous n’avons même pas d’argent pour construire nos maisons. Nous peinons même à nourrir nos enfants. Ce n’est pas une maison que nous allons construire en trois ou six mois. Les loyers des cours communes sont très chers et il est difficile pour nous de vivre là-bas avec nos familles. Nous exhortons la SONATUR de nous laisser vivre ici pendant au moins 5 ans pour nous permettre de construire nos maisons », a-t-il lancé avant de préciser qu’il accueille des déplacées interne, une dizaine environ.

Bakary Sanogo

Déplacé interne, ABoubacar Gnanta en est un. Attributaire de parcelle de la SONATUR, il reconnait que partir est une obligation. Mais, veut-il encore du temps pour construire sa maison. « Nous sommes des déplacés internes venu de la zone de Satiri. Nous avons trouvé refuge dans cette zone. J’ai 14 enfants et deux femmes à ma charge en plus de la famille de mon petit qui a été tué par les terroristes. Ils sont venus nous dire de partir. Nous n’avons pas refusé. Mais nous leur demandons juste de nous donner encore du temps de construire nos maisons. Nous savons que partir est une obligation vue que nous avons eu des parcelles, mais nous demandons à la SONATUR de nous donner le temps pour construire. Sinon où nous allons dormir » a-t-il plaidé.

Leïla Korotimi Koté/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...