mercredi, juin 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

SN Citec : Le DG poursuivi pour « harcèlement moral » 

spot_img

Partager sur

Le directeur général (DG) de la SN Citec était à la barre ce lundi 26 février 2024 pour répondre de faits de harcèlement moral qui est reproché par une employée et une ex-employée.

Ce sont, SA ex-directrice commerciale et SJ, secrétaire du DG qui poursuivent le patron de la société de faits de harcèlement moral.

En effet, sur la personne de S.A., il est reproché au DG d’avoir, courant 2021 et postérieurement, infligé des sanctions disciplinaires « sans justificatif » et lui adressé des lettres d’explication intempestives. Ces faits du reste, qualifiés par le parquet de harcèlement moral sont passifs d’une peine d’emprisonnement d’au moins 12 mois à 60 mois et d’une peine d’amende de 500 mille à 1 million de Fcfa.

A la barre, le DG reconnait partiellement les faits : « Je reconnais lui avoir adressé des lettres d’explication pour certains manquements au travail que j’ai constatés à son niveau. Pour les sanctions, il n’y en a eu aucunes ».

Dans quelle circonstance ces lettres ont été adressées à S.A, lui demande la cour. « Pour la première lettre d’explication, elle était en charge de réaliser une opération avec une de nos filiales. Ce jour-là, elle est venue me voir s’il fallait qu’on réalise l’opération avec cette filiale vue qu’avant mon arrivée à la Direction, il y avait un antécédent avec cette filiale. Je lui ai dit de ne pas considérer cet incident et de lancer l’opération. Elle est allée, quelques jours plus tard, on m’annonce que l’opération a foiré parce qu’il y avait des mentions essentielles qui manquaient sur les factures Pro-formats. Pour moi, c’est un manque de sérieux. Elle ne voulait juste pas que l’opération réussisse. Ça nous a coûté plus de 68 millions. C’est ainsi que je lui ai adressé une lettre pour qu’elle s’explique », a expliqué le DG.

Pour la dernière lettre d’explication, par exemple, fait-il savoir, il s’agissait d’interpellations malveillantes de la part de personnalités comme un ex-gouverneur de Bobo ; un ancien président de l’ALT ; un ancien ministre des transports. « Ces interpellations malveillantes c’était de dire que je suis sur le point de licencier S.A. Pour moi, c’est un fait pour ternir mon image auprès de ces personnes. C’est là que je lui ai adressé une lettre pour qu’elle s’explique sur cela », a-t-il ajouté.

Toutes ces lettres (4 au total), précise-le mis en cause, ont été adressée essentiellement dans le cadre du service.

Interrogé, la présumée victime (S.A) nie avoir contacté directement ces personnes pour interpeller le DG. « Je n’ai contacté personne. C’est mon mari qui a usé de ses relations », raconte-t-elle à la barre. Pour ce qui est des sanctions, dit-elle, « je n’ai pas reçu de sanctions particulières. Mais pour moi, les lettres d’explication en sont déjà ».

Le DG de la SN Citec

Mais pensez-vous que votre patron a le droit de vous demander des explications quand il constate des manquements, lui demande la cour. « Bien-sûr, il a le droit », répond-t-elle tout en indiquant qu’on lui adressait ces lettres quand bien même qu’elle fournissait des explications verbales.

Le 2ème cas porte sur la personne S.J, secrétaire du directeur général. Sur la personne de S.J, il est reproché au DG des faits d’infantilisation (Ndr dire à la personne de courir quand on l’appelle) ; d’opération de saisie sur la prime sans le consentement de l’intéressé ; de refus d’accorder des congés de maternités ; de contrainte de la victime à travailler dans la société et de lui avoir adressé des lettres d’explications intempestives. Des faits également qualifiés de harcèlement moral.

Sur ces faits, le DG nie toute implication. « Lorsqu’elle parle par exemple de pause d’allaitement, cela ressort de la direction des ressources humaines. De même que la saisie de la prime, ce n’est pas ma personne qui saisit la prime mais la société. Et la prime, c’est en fonction du travail abattu », le DG s’est-il expliqué.

Au cours des débats, plusieurs noms ont été cités comme témoins. La cour a donc décidé du renvoi du dossier au 08 avril 2024 afin d’entendre la version des personnes citées comme témoins.

Diakalia Siri/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...