dimanche, décembre 10, 2023

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img

Avortement sécurisé au Burkina : les conditions d’accès enseignées à différents acteurs

spot_img

Partager sur

La communauté d’action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina Faso (CAPSSR-BF) a initié à Bobo-Dioulasso du 19 au 20 septembre 2019, un atelier d’information et de sensibilisation en clarification des valeurs et transformation des attitudes face à l’avortement sécurisé à l’endroit de différents acteurs.

Awa Yanogo, coordonnatrice de la CAPSSRR-BF

Ont pris part à cette formation, 35 participants dont des officiers de police judiciaire, des responsables de districts sanitaires, des agents des services sociaux et des communicateurs.

Selon Awa Yanogo, coordonnatrice de la CAPSSRR-BF, les conditions d’accès à l’avortement sécurisé au Burkina Faso sont au nombre de 4. Il y a, confie-t-elle, les cas de viol et d’inceste pour lesquels le temps de la grossesse ne doit tout de même pas excéder 14 semaines. Le pronostic vital de la femme doit par la suite être engagé. Le quatrième cas concerne selon elle, la malformation du fœtus, et pour cela rétorque-t-elle, la femme est apte à subir un avortement sécurisé que de « mettre au monde 9 mois après un enfant non viable ».

Cependant dit-elle, ces conditions sont méconnues par nombre d’acteurs. D’où cet atelier de formation et de sensibilisation dans le but de clarifier les valeurs des participants sur les droits et sexuels et reproductifs au Burkina Faso en vue d’une transformation des attitudes face à l’avortement sécurisé.

Il s’est agit 48 heures durant, de renforcer les connaissances des participants sur les droits sexuels et reproductifs y compris l’avortement sécurisé au Burkina Faso.

Le choix de ces participants selon les initiateurs de l’atelier, est qu’ils sont directement en relation avec le public et c’est également vers eux que la jeune fille en situation de grossesse non désiré se tourne pour d’éventuels conseils ou même des avortements.

En les outillant, l’idée c’est de les amener à initier des actions de conscientisation des populations sur les conditions légales d’accès à l’avortement sécurisé au Burkina Faso.

Abdoul-Karim Sanon

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Baccalauréat 2023 dans les Hauts-Bassins : Le plus vieux candidat a 65 ans

Les épreuves écrites de la session 2023 du Baccalauréat ont débuté officiellement ce mardi 20 juin 2023 sur toute l’étendue du territoire national. Dans...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...