dimanche, mai 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Bobo-Dioulasso : Souffrante d’insuffisance rénale, Fatoumata Niatta lance un SOS

spot_img

Partager sur

Agée de 21 ans, Fatoumata Niatta, souffre d’une insuffisance rénale, diagnostiquée il y a de cela deux ans. Depuis lors, c’est la croix et la bannière pour cette jeune fille-mère au foyer qui peine à avoir des soins appropriés. Pour cause, de moyens financiers limités pour se faire une fistule, opération pouvant lui permettre de faire la dialyse aisément. Cris de cœur d’une dialysée au creux du désespoir. 

Regard éteint, joues enflées, le corps maigrichon qui laisse visiblement entrevoir les os ; ventre bedonnant. A première vue, l’on se convaincrait qu’elle porte une grossesse d’environ six mois. Pourtant ! C’est de façon triste, la caricature physique que l’on puisse faire de Fatoumata Niatta, jeune fille souffrant d’insuffisance rénale ! La vingtaine bien au complet aujourd’hui, Fatoumata Niatta n’a pas eu le privilège, à sa tendre enfance, comme nombre d’enfants de son âge de goûter aux délices des bancs de l’école. Mariée depuis maintenant un peu plus de trois ans à un orpailleur, elle souffre aujourd’hui d’une insuffisance rénale avancée. Malheureusement, son époux aux ressources financières limitées ne parvient plus à lui assurer les soins nécessaires.  

Tout commença en 2022 à Houndé où dame Niatta vivait avec son époux. Bien portante, elle avait su trouver la jonction parfaite entre sa vie de jeune fille au foyer et le travail de l’or dans lequel excellait son époux à l’époque.

Mais tout bascula, un jour, où hardie à ses tâches quotidiennes, elle pique une crise. C’est ainsi qu’elle est transportée d’urgence au district sanitaire de Houndé puis plus tard au Centre Hospitalier Universitaire Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso où on lui diagnostique une insuffisance rénale avancée.

« Elle était à Houndé avec son mari. Un jour, on nous appelle pour dire que Fatoumata est malade qu’elle a été admise au CHU de Bobo-Dioulasso. C’est ainsi que nous sommes venus et les médecins on dit qu’elle souffrait d’une insuffisance rénale », nous relate Amadou Ouédraogo le début de la maladie de sa belle-sœur.

 Au tout début tout allait bien car son époux excellent orpailleur parvenait à joindre les deux bouts. « Au début, mon époux avait un peu les moyens. Quand j’ai été admise à l’hôpital, il a pris en charge toutes les dépenses, la caution de 500 mille Francs de la dialyse et une opération qui a coûté 150 mille à l’époque, mes séances de dialyse, il a tout fait », nous raconte Dame Niatta.  

Cependant, au fil du temps et des dépenses quotidiennes qui se succédaient, l’époux finit par s’essouffler financièrement. C’est ainsi qu’il l’abandonne avec sa famille qui peine également à joindre les deux bouts. « Aujourd’hui, nous aussi nous n’avons rien, si on nous demande de payer quelque chose encore pour ses soins, ce sera vraiment compliqué. Moi-même j’ai contracté des dettes auprès de certaines personnes pour pouvoir faire certains de ses soins », nous confie son beau-frère.

Pourtant, Fatoumata Niatta a, urgemment besoin d’une fistule, opération devant lui permettre selon les spécialistes de la santé de facilement dialyser. « Je peine à trouver le sommeil la nuit venue. Mes joues sont enflées et mon ventre parce que je ne dialyse pas bien. C’est le cathéter que j’utilise. Mais avec ça, je ne peux pas bien dialyser et cela se gâte très rapidement. Il faut à chaque séance enlever 10 mille francs pour acheter le cathéter en plus des frais de dialyse », nous égrène-elle le chapelet de ses souffrances.

Alors que, avance-t-elle, visiblement dans le désarroi, avec la fistule « je dialyserai bien et cela pourrait me permettre de me sentir au mieux de ma forme et de pouvoir m’adonner à d’autres activités rémunératrices de revenus pour ne serait-ce que prendre soin de moi ».

« Tout mon souhait c’est qu’on m’aide à avoir la fistule. Cela réduirait énormément mes souffrances. Cela coûte 250 mille francs. Aujourd’hui, je ne peux pas avoir cette somme. Si des bonnes volontés peuvent m’aider, je ne saurai vraiment pas comment les remercier », a-t-elle lancé.

Diakalia Siri/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...