samedi, mars 2, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Bobo: le ministre Harouna Kaboré face à de jeunes commerçants

spot_img

Partager sur

Dans le but de discuter des préoccupations qui minent leur activité, des commerçants de Bobo-Dioulasso réunis sous le nom de Conseil National de la Transition (CNT) ont reçu dans l’après-midi du 13 avril 2019 la visite de leur ministre de tutelle, Harouna Kaboré.

L’arrivée du ministre Harouna Kaboré au CNT

C’est dans une ambiance sans ‘’langue de bois’’ que s’est tenue cette discussion. La concurrence déloyale et l’usurpation du métier furent les premières préoccupations des commerçants. Selon eux, certains grossistes déstockeraient leur produit en détail saturant ainsi le marché. D’autres particuliers, quant à eux, s’érigeraient en commerçants sans aucune autorisation. « Des grossistes nous vendent (en gros) les produits et ont des camions pour livrer à leur compte en détail pendant que d’autres laissent leur travail et se prétendent commerçants. » S’indignent-ils.

A en croire les propos du ministre Harouna Kaboré, la solution pour remédier à cela est la dénonciation de ces pratiques déloyales afin que des sanctions soient prisent à l’encontre de ces derniers à la hauteur de leur forfait. La préoccupation suivante fut la fixation du prix des matières premières à l’exportation à défaut de la transformation locale (cas du coton). « A défaut de transformer nos matières premières, pourquoi ne pas imposer nos prix ??? » se demandent les commerçants.

Il est regrettable pour Harouna Kaboré que ce ne soit ni les producteurs, ni les commerçants qui fixent les prix à l’international. Une option est de s’organiser pour peser sur la scène internationale à l’image de la CEDEAO. Une autre est de « transformer et consommer locale ». Toujours concernant le cas du coton, la FILSAH (une industrie textile basée à Bobo), dans les jours à venir devrait produire du fil à même de confectionner des vêtements au grand bonheur des industriels et des producteurs de coton.

Cela favorisera la naissance d’usines vestimentaires au Burkina Faso et une fois fait, les commerçants n’auront plus à se déplacer pour leur commande en chine par exemple, et par ricochet participera à la création d’emploi au pays. A cela, les commerçants avancent le coût élevé des produits manufacturés locaux. De peur donc de ne pouvoir engranger de bénéfice craignent-ils, « nous importons de l’étranger les mêmes produits à moindre coût ».

Une politique est par ailleurs mise en place permettant aux industriels de réduire leur coût de production afin de les rendre accessible aux commerçants, a rassuré le ministre. Autre préoccupation non moins important, est le temps mis à la douane de l’aéroport de Ouagadougou avec la marchandise amenée d’Europe. « Il faut attendre trois ou quatre jours avant que la quittance ne soit délivrée » se plaignent-ils.

Le ministre promet pour ce fait dépêcher incessamment une équipe du guichet unique du foncier à l’aéroport dans le but de constater à la douane les faits et mettre en place un mécanisme pour sortir de cette situation. Ayant des responsables sur place, les commerçants pourront suivre l’évolution en temps réel de la situation.

A.K Sanon (stagiaire)

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...

Baccalauréat 2023 dans les Hauts-Bassins : Le plus vieux candidat a 65 ans

Les épreuves écrites de la session 2023 du Baccalauréat ont débuté officiellement ce mardi 20 juin 2023 sur toute l’étendue du territoire national. Dans...