samedi, mars 2, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Burkina Faso : Dr Nédié Nao élu nouveau président de l’Ordre national des pharmaciens

spot_img

Partager sur

L’Ordre national des pharmaciens du Burkina Faso (ONPBF) a tenu, du 02 au 03 novembre 2023 à Ouagadougou, son 9e congrès ordinaire de l’année, concomitamment à ses 5e journées.

Le système sanitaire burkinabè de façon générale, et le secteur pharmaceutique en particulier a été durement éprouvé par la pandémie à Covid-19, l’endémie du paludisme et récemment l’épidémie de dingue. A cela s’ajoute le contexte sécuritaire du pays qui ne facilite pas la tâche aux professionnels du domaine.

Dans l’optique de proposer les solutions qui conviennent face à ces difficultés, l’Ordre national des pharmaciens du Burkina Faso a tenu, du 02 au 03 novembre 2023 à Ouagadougou, son 9e congrès ordinaire de l’année, cumulé à ses 5e journées sous le thème « Résilience du système pharmaceutique burkinabè : contexte, défis et perspectives ».

Le choix de cette thématique, selon le président de l’ordre, Dr Alfred Sandouidi, s’explique par le devoir impérieux pour les pharmaciens de se pencher sur les enjeux actuels de notre système de santé qui sont en lien avec la crise sécuritaire que connait le pays.

A l’ordre du jour de ce 9e congrès, les participants ont discuté de la question de la fiscalité applicable au secteur médicinal en lien avec ses missions de santé publiques.

Dr Alfred Sandouidi, président sorti de l’Ordre national des Pharmaciens du Burkina Faso

Aussi, ont-ils abordé la problématique de la qualité qui constitue la pierre angulaire de l’exercice de la profession de pharmacien et la formation continue au cours des échanges.

Considérant le code de la santé publique de 1994 obsolète et inopérant, l’ONPBF a sollicité l’implication du président de l’Assemblée législative de transition, Ousmane Bougma, pour l’adoption d’un nouveau cadre légal règlementaire.

En effet, Dr Sandouidi a expliqué que l’ancien code conféré au pharmacien le monopole pharmaceutique ; ce dernier étant le mieux indiqué pour garantir la délivrance du bon médicament au bon patient et au bon moment.

Des défis liés au contexte

Le Président de l’Assemblée législative de transition (PALT), Ousmane Bougma a salué le thème du congrès, qui, a-t-il dit, est lié au contexte national et international dans lequel « nous sommes ».

Au niveau international, a détaillé le PALT, le défi sécuritaire en raison de certains conflits pose un problème d’approvisionnement « de notre pays en médicaments ». Quant au plan national, il est beaucoup marqué par une situation sécuritaire et humanitaire due au terrorisme.

Cela, a poursuivi Dr Bougma, rend difficile l’acheminement des médicaments vers les régions à fort défis sécuritaires. « C’est pourquoi la représentation nationale est venue saluer le travail de l’ordre national des pharmaciens et leur témoigner toute son attention par rapport aux conclusions qui ressortiront de ce congrès afin d’explorer ensemble des pistes de solutions pour disponibiliser les produits partout au Burkina Faso. Nous sommes aussi venus voir le travail formidable que les pharmaciens abattent au quotidien en termes de recherches pour développer des solutions de prise en charge des patients dans notre pays » a laissé entendre le patron du pouvoir législatif.

Il a, dès son arrivée sur les lieux visité des stands où sont exposés plusieurs produits, pour la plupart issus de la recherche dans le domaine sanitaire. A l’issue de cette visite, il a salué le travail du célèbre phytothérapeute, Dr Dakyo et a invité l’ordre à développer davantage des solutions endogènes en vue de permettre au Burkina d’atteindre une souveraineté dans le domaine sanitaire.

Révolutionner le secteur pharmaceutique burkinabè

Le secteur pharmaceutique à travers le monde, à en croire Dr Sandouidi, connait une profonde mutation, porté par l’innovation, la transformation numérique des métiers de la pharmacie et la valorisation de l’acte pharmaceutique à l’officine.

Une photo de famille pour immortaliser l’évènement

Ainsi, a-t-il suggéré, celui du Burkina doit saisir ces opportunités et proposer des solutions nouvelles qui confortent la place des pharmaciens dans son système de santé. « Pour rendre notre système de santé plus fort, plus robuste et plus résilient à d’éventuelle crises sanitaires, il nous faut dès à présent investir de nombreux champs d’activités qui valorisent davantage l’acte pharmaceutique à l’officine. Il nous faut ainsi implémenter dès à présent la vaccination à l’officine qui s’inscrit dans la nécessité d’augmenter notre couverture vaccinale » a-t-il proposé.

Toujours en termes de solutions, il est à noter la vulgarisation de l’utilisation des tests rapides d’orientation diagnostique dans les officines afin d’améliorer la prise en charge des patients.

A la fin des travaux du congrès, le pharmacien Dr Nédié Nao a été élu nouveau président de l’Ordre national des pharmaciens du Burkina Faso.

Titulaire d’un diplôme universitaire en méthodes statistiques en santé à l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (ISPED) à l’université de Bordeaux II et d’un doctorat en pharmacie obtenu à la faculté des sciences de la santé à l’université de Ouagadougou, il était depuis juin 2008, directeur de NEMADIS SARL, consultant indépendant en santé et développement et responsable de l’approvisionnement pharmaceutique et de la gestion logistique.

Titulaire de la pharmacie NEMADIS, Dr Nao était aussi Formateur externe de l’Institut Bioforce en logistique et approvisionnement des produits de santé. C’est un rompu du système pharmaceutique burkinabè, qui devra désormais conduire les actions de l’ordre des pharmaciens du Burkina.

Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...

Baccalauréat 2023 dans les Hauts-Bassins : Le plus vieux candidat a 65 ans

Les épreuves écrites de la session 2023 du Baccalauréat ont débuté officiellement ce mardi 20 juin 2023 sur toute l’étendue du territoire national. Dans...