mardi, juin 18, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Burkina/ Valorisation des résultats de recherche : Les acteurs du projet Varriwa font une évaluation

spot_img

Partager sur

Les acteurs du projet Varriwa sont en conclave à Ouagadougou, du 5 au 7 février 2024, pour évaluer le projet à mi-parcours. Au cours de cet atelier dans la capitale burkinabè, les différentes parties prenantes vont échanger sur la mise en œuvre des activités du projet et réfléchir sur les différentes innovations

Quatre pays de l’Afrique de l’Ouest sont concernés par le projet Varriwa qui a pour objectif de valoriser les résultats recherches à travers des accompagnements. Il s’agit notamment, du Burkina Faso, du Bénin, le Sénégal et le Togo. Il est porté par l’Agence universitaire de la Francophonie, en partenariat avec l’Agence béninoise de valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation technologique (ABeVRIT), l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations du Burkina Faso (ANVAR), l’Agence nationale de la recherche scientifique appliquée du Sénégal (ANRSA) et la Direction de la recherche scientifique et technique du Togo (DRST).

Selon le directeur général de l’ANVAR, Edgar Valentin Traoré, le projet est axé sur trois programmes phares au Burkina Faso qui sont mis en œuvre à l’Université Nazi Boni de Bobo Dioulasso, à l’Université Ouaga 1 Joseph Ki-Zerbo et au Centre national de la recherche scientifique et technologique. Ces trois projets mis ensemble au Burkina Faso s’élèvent à un coût de 350 millions de francs Cfa, a confié le chargé d’affaire de la délégation de l’Union européenne, Karsten Mecklenburg.

Le chargé d’affaire de la délégation de l’Union européenne, Karsten Mecklenburg, a exprimé sa satisfaction du bilan du projet

« Nous avons le projet CITI au Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST).  Nous avons aussi un autre dispositif qui, cette fois-ci fait de l’incubation, qui, en réalité amène en maturation des projets de valorisation qui sont portés par des innovateurs qui se trouvent au niveau de l’Université Joseph Ki-Zerbo à travers le bureau de transfert de technologie porté par l’Université Joseph Ki-Zerbo. Et un autre qui se trouve au niveau du Centre national de la recherche scientifique et technologique. Et ce n’est pas moins d’une centaine de projets d’innovation qui sont portés par des jeunes burkinabè enseignants qui sont accompagnés là-bas », a évoqué, le représentant du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Koussao Somé.

Il a indiqué que la tenue de l’atelier permettra de réorienter la suite du projet avec plus de réussite. Il a tenu à féliciter les acteurs du projet et réitéré l’engagement de l’Etat Burkinabè à toujours accompagner cette initiative qui a débuté en 2021 pour prendre fin en 2025.

Le représentant du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Koussao Somé a traduit la disponibilité de l’Etat burkinabè pour accompagner les actions de valorisations des produits de recherche

Alioune Faye, directeur régional adjoint des projets de l’Agence universitaire de la Francophonie a confié qu’ils souhaitent institutionnaliser le centre de l’Université Nazi Boni pour en faire un centre d’expertise en valorisation des résultats de la recherche.

Ces trois jours d’échanges, a-t-il, expliqué, consisteront à planifier les activités du projet et à penser aux mécanismes de durabilité, de pérennisation de ce qu’on a eu à faire. « Aussi réfléchir sur des synergies qu’on peut tisser avec des actions localement portées par le gouvernement mais aussi par ses partenaires pour pouvoir davantage offrir des opportunités à la jeunesse d’Afrique de l’Ouest et particulièrement à la jeunesse burkinabè » a-t-il déclaré.

Pour rappel, l’Union européenne et l’Organisation des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) sont les bras financiers du projet.

Eric Zoundi

Ouestinfo/correspondant à Ouagadougou

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...