mercredi, juin 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Centre de dialyse du CHU de Bobo : « 125 places disponibles pour un besoin de plus en plus croissant »

spot_img

Partager sur

Au centre hospitalier universitaire Souro Sanou (CHUSS) de Bobo-Dioulasso, la prise en charge des personnes souffrant d’insuffisance rénale est un défi énorme pour le personnel médical. Pour cause, la capacité d’accueil du centre de dialyse est très faible pour un besoin de plus en plus croissant.

Le CHU de Bobo-Dioulasso est l’un des plus importants centres hospitaliers en matière de prise en charge des patients souffrants d’insuffisance rénale au Burkina Faso.

Il a une unité de dialyse d’une capacité d’accueil de 125 places. Ce qui est minime de l’avis de Dr Judicaël Dah, (médecin néphrologue par ailleurs, chef de service par intérim du Centre de néphrologie du CHU-SS de Bobo) par rapport à la forte demande exprimée au quotidien.

Sur les 125 places de l’unité de la dialyse du CHUSS qui couvre les régions des Hauts-Bassins des Cascades et du Sud-Ouest, la file-active des patients est saturée selon lui. « Notre centre de dialyse a une capacité d’accueil de 125 places.  Sur les 125 places, notre file-active est déjà saturée alors que nous avons le double voire même le triple des patients qui attendent de pouvoir avoir la dialyse », fait-il savoir.

125 places disponibles au CHUSS pour la dialyse pour un besoin de plus en plus croissant (ph. illustration)

Cette situation selon lui, a comme revers pour le personnel médical, les pressions quotidiennes subies de la part des patients et de leurs parents. « La difficulté pour nous dans cette situation, c’est la pression des patients et de leurs parents. Imaginez que l’on diagnostique un patient et qu’on découvre que sa maladie est à un stade final et qu’il n’y a pas de places pour lui. Si la personne n’est pas compréhensible, c’est le désordre que cela va créer », révèle-t-il.

Au-delà, certains patients ou leurs parents vont jusqu’à proposer des « dessous de table» aux personnels soignants pour juste avoir de la place tellement désespérée. « Malheureusement, c’est quand un malade décède qu’un autre peut espérer avoir de la place pour la dialyse. C’est la tristesse d’une famille qui débouche sur la joie d’une autre famille » regrette-t-il.

Baisse des coûts de la dialyse, « une mesure qui ne profite pas pour l’heure »

C’est pourquoi, pour ce qui est de la baisse des coûts de dialyse notamment la caution de la dialyse à vie entérinée par le gouvernement burkinabè, le médecin néphrologue estime que c’est une mesure qui ne profite pas, pour l’heure, aux personnes souffrants d’insuffisance rénale avancée.

« En levant cette caution sans augmenter les capacités d’accueil de nos centres de dialyse ou sans l’ouverture d’autres centres en périphérie, cette mesure n’aura pas l’impact souhaité. Et c’est nous, en tant que spécialiste, qui serons acculé », a-t-il laissé entendre.

Dr Judicaël Dah, chef de service par intérim du Centre de néphrologie du CHUSS

Même avec la caution de 500 mille, affirme-t-il, « il y avait assez de demandeurs pour intégrer les files-actives. Mais avec la baisse, cela va encore augmenter ».

Les causes de l’insuffisance rénale

Du reste, pour Dr Judicaël Dah, l’insuffisance rénale serait dû à des facteurs d’ordre nutritionnel que sanitaire qu’il invite les populations à en prendre conscience. « Sur le plan nutritionnel, on a des consommations excessives de bouillons comme le magi, les arômes qui peuvent impacter sur le fonctionnement de nos reins. Sur le plan sanitaire, il y a l’automédication ; la tradi-thérapie. Tout cela peut impacter le fonctionnement de nos reins », fait-il savoir.

En dépit de cela, dit-il, « il y a des pathologies qui peuvent conduire à la maladie rénale chronique. Ce sont le diabète ; l’hyper-tension artérielle ; le VIH, les hépatites. Même les engines que font souvent les enfants si on y prend garde à la longue, cela peut déboucher à l’insuffisance rénale ».   

Le palliatif pour lui donc, c’est le dépistage. « Il faut que les uns et les autres acceptent de se faire dépister pour déjà s’imprégner de l’état de fonctionnement de leurs reins pour une prise en charge précoce », invite-t-il.

En rappel, on parle d’insuffisance rénale lorsque les deux reins d’un individu n’arrivent plus à assurer leurs fonctions élémentaires à savoir l’épuration des déchets secrétés par l’organisme.

Diakalia Siri/Ouest Info

Encadré

Salimata Traoré, une dialysée depuis plus de trois ans plaide pour l’équipement du centre de dialyse de Bobo

Salimata Traoré est dialysée depuis plus de trois ans. Pour cette dialysée chronique, l’État devrait songer pour le cas spécifique, du CHUSS de Bobo-Dioulasso, à disponibiliser davantage les « générateurs » pour une prise en charge des patients.

« Ce que nous souhaitons auprès de nos autorités, c’est qu’elles équipent davantage notre centre de santé en générateurs pour qu’on puisse prendre en charge les malades que nous sommes. Depuis le matin j’attends le branchement, je n’ai pas encore eu. Au-delà, nous souhaitons qu’ils recrutent plus de personnel soignant pour notre prise en charge », a-t-elle lancé en guise de cris de cœur.

Propos recueillis par DS

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...