mercredi, juin 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Conseil régional des Hauts-Bassins, lauréat du prix Macky Sall : « Nous voulons faire une tissuthèque »

spot_img

Partager sur

Le Conseil régional des Hauts-Bassins est co-lauréat 2023 du prix Macky Sall avec son projet intitulé « Projet programme patrimoine vivant et métiers d’art dans la région des Hauts-Bassins ». Dans cette interview, David Sanon, Conseiller technique chargé des affaires culturelles au Conseil régional des Hauts-Bassins revient sur le prix, son objectif et surtout, le projet du conseil régional qui a valu cette distinction. Lisez plutôt !

Ouest Info : Parlez-nous du prix Macky Sall dont le conseil régional des Hauts-Bassins a été lauréat.

David Sanon : Le prix Macky Sall est un prix qui est destiné à récompenser des collectivités que ce soit des communes, des régions, des départements qui se seraient bien illustrés dans la territorialisation des politiques publiques dans les domaines culturel, touristique, artisanal.

Ouest Info : C’est-à-dire ?

David Sanon : Comme vous le savez, nous avons une politique nationale de la culture et une autre pour le tourisme depuis 2009. En 2018, une stratégie nationale de la culture et du tourisme (SNCT 2018-2027) s’appuyant sur les deux politiques a été élaborée.  Il s’agit maintenant pour la région de voir comment on décline cela au niveau régional. Et comment on tient compte de la question de l’équité des politiques culturelles sur l’ensemble du territoire régional. 

Ouest Info : Quel est cet élément qui vous a permis d’avoir ce prix ? Est-ce un projet ? Comment cela s’est-il passé ?

David Sanon (en koko dunda) avec l’ambassadeur du Burkina Faso au Sénégal

David Sanon : Oui, c’était par appel à projets. Il fallait aussi montrer que la collectivité a des documents de planification. Ce qui permet aux organisateurs de savoir effectivement comment nous avons fait la déclinaison au niveau régional et comment on fait la mise en œuvre. Donc nous avons soumis un projet de patrimoine dans le domaine du textile.

Ouest Info : Quel est le nom du projet du conseil régional qui lui a valu  ce prix ?

David Sanon : Le projet du conseil régional s’intitule, « Patrimoine vivant et métiers d’art dans la région des Hauts-Bassins ». Nous avons donc extrait le volet textile pour ce prix.

Ouest Info : Qu’est ce qui, selon vous, fait l’originalité de votre projet?

David Sanon : Nous voulons, avec notre projet, faire ce qu’on appelle un musée école du textile avec une tissuthèque en son sein. L’idée, c’est de retrouver les motifs de nos textiles au niveau de la région, aussi bien en teinture qu’en tissage. L’objectif recherché c’est de conserver les motifs pour que les gens puissent s’en inspirer pour de nouvelles créations. C’est le rôle premier même du musée. C’est-à-dire monter ce qui a été fait, ce qui a existé et comment on continue de s’en inspirer pour de nouvelles créations. Ensuite nous voulons faire un « créa-Lab » qui est un laboratoire de création où les gens peuvent venir avec des idées, rencontrer des concepteurs graphiques qui les aideront à concevoir ce qu’ils veulent fabriquer. Voici résumé ce que nous avons proposé et qui a retenu l’attention des organisateurs.

20 millions, c’est la somme empochée par le conseil régional, soit 1la moitié du prix

Ouest Info : Est-ce qu’au niveau de la région vous avez déjà répertorié des motifs-types ? Si oui, combien ?

David Sanon : A ce jour, non ! Nous profitons demander à tous ceux qui peuvent nous aider dans ce sens à le faire. Nous espérons pouvoir, avec ce projet, retrouver des motifs qui reflètent notre identité culturelle au niveau de la région. Ces tissus reflètent des savoir-faire de nos devanciers qui sont porteurs d’identité, qui nous valorisent. Si nous ne les conservons pas, beaucoup vont disparaitre.

Ouest Info : 20 000 000 Fcfa, un trophée et une attestation. C’est la composition du prix du conseil régional. C’est quoi la suite ? 

David Sanon : Il faut noter que les organisateurs ont prévu aussi une communication médiatique à l’international. Donc on espère que ça viendra. Dans le projet qu’on a présenté, les 40 000 000 Fcfa devaient servir à quelque chose de précis mais vu que nous n’avons que la moitié, il faut redoubler d’efforts pour trouver le reste de la somme car le projet ne sera pas redimensionné. Si nous avons de bons partenaires, nous allons voir comment on pourra faire des antennes dans les deux autres provinces pour que la ville de Bobo-Dioulasso ne soit pas la seule bénéficiaire. En effet, une région dans la décentralisation culturelle doit s’occuper des pratiques cultuelles au niveau rural et urbain. 

Ouest Info : Quel sentiment vous a-t-il animé quand vous avez appris que le conseil régional a remporté ce prix parmi 25 collectivités participantes ?

David Sanon : Depuis que nous sommes au conseil régional, nous avons fait beaucoup de choses. Nous avons réalisé beaucoup de documents de références qui nous amènent parfois à dire aux gens que nous sommes la région leader en Afrique francophone dans le domaine de la décentralisation culturelle. Avant même de postuler, on s’est dit qu’on ne pouvait pas être parmi les plus mauvais car on avait foi en ce qu’on a fait. Et lorsqu’on nous a annoncé que nous étions 1er ex avec une région du Sénégal, on s’est dit que peut être ce n’est que justice rendu mais en même temps nous savons que cela nous interpelle à nous donner à fond car l’un des premiers soucis aujourd’hui est l’après planification des documents qu’on a.  Qu’est-ce qu’on en fait ? Il faut des moyens pour les financer. Mais malheureusement nous n’avons pas appris à financer nous-même nos projets culturels. Nous sommes financés par l’extérieur. Les bailleurs de fonds viennent voir si nous avons planifier les choses et ils décident de nous soutenir jusqu’à tel ou tel niveau.  Mais ailleurs, les gens ont trouvé des moyens de s’autofinancer à travers les levées de fonds au niveau local, régional et national pour accompagner leurs projets culturels. Le secteur culturel est comme tout autre secteur. Pour que ça marche il faut investir.        

Une délégation du conseil régional pour recupérer le prix chez l’ambassadeur

Ouest Info :  Peut-on avoir une idée de quelques documents dont le conseil régional des Hauts-Bassins dispose en termes de planification culturelle ?                                              

David Sanon :  Nous avons le plan de conservation de gestion du patrimoine de la région, le profil culturel qui est en phase de finition, la stratégie régionale de développement culturel qu’on appelle stratégie régionale de culture et de son économie (SRCE), le plan de formation pour les acteurs privés et publics de la culture.

Ouest Info : Vous l’avez dit plus haut, il faut qu’on apprenne à financer nous-mêmes notre culture. Est-ce un appel à l’endroit des autorités locales ?

David Sanon : Tout à fait. Parce qu’en réalité, la région des Hauts-Bassins à elle seule ne pourra pas faire tout le travail.  Il faut que le ministère de tutelle se lance et explique aux gens ce que nous sommes en train de faire au niveau local. Ainsi, les gens pourront mieux comprendre pour certainement nous appuyer dans nos activités de promotion et de valorisation culturelle.

Ouest Info : Unmot de fin ?

David Sanon : Merci de nous tendre le micro car je me demandais si les médias savaient qu’on a remporté un prix. C’est une opportunité pour nous d’expliquer à la population ce que nous faisons.

Interview réalisée par Mady/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...