dimanche, avril 14, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Opération caisse vide du Syntsha à Houndé : le maire et le Syntsha à couteaux tirés

spot_img

Partager sur

Le maire de la commune de Houndé a maille à partir avec la section du Tuy, du syndicat des travailleurs de la santé humaine et animal (Syntsha) qui, du 23 au 25 septembre dernier, a tenu un sit-in devant le service départemental de l’élevage pour selon les militants, dire non aux intimidations et menaces à l’encontre des militants du Syntsha en lutte et procéder à une mise en garde du maire de la commune de Houndé sur la fermeture des services publics.

L’opération caisses vides, le boycott des tournées et missions puis la rétention de l’information sanitaire par la-non transmission des rapports statistiques sont en effet, les principaux mots d’ordre de grève du Syntsha.

Si les trois autres se passent sans difficultés, l’opération caisse vide quant à elle, fait l’objet de tiraillement entre le maire de Houndé et la section du Tuy du Syntsha. Ce bras de fer en effet, fait suite à l’interdiction faite par le Syntsha aux bouchers de payer les taxes d’abattages, instituées par le conseil municipal et collectées pour le budget communal.

Si cette décision rentre dans le cadre de l’opération caisses vides selon le syndicat, pas question pour le maire Dissan Boureima Gnoumou de prendre en otage l’économie locale : « l’économie locale ne doit pas faire les frais d’un mot d’ordre adressé à l’Etat. Le non-paiement de cette taxe est une infraction que l’autorité communale se réserve les moyens de faire respecter».

Et la section Syntsha/Tuy qui n’entend pas faire une restriction du mouvement national « qui doit s’appliquer dans toutes les localités du Burkina » de répliquer. « Au niveau du Tuy, nous ne ferons pas restriction au mot d’ordre lancé » soutient Pierre Somé, secrétaire général du Syntsha/Tuy.

La « goutte d’eau qui a fait déborder le vase »

Face à cette situation, le maire n’a trouvé d’autre choix que d’instruire la police municipale à procéder, le jeudi 19 septembre 2019, à la fermeture du service départemental de l’élevage. Mais cette situation ne sera de courte durée car ; une réquisition du préfet du département de Houndé à la police nationale viendra rouvrir le service le même jour.

Cette action du maire s’apparente à une répression de leur mouvement avec es intimidations et la saisie des carcasses selon le syndicat qui estime que « trop c’est trop ». Ainsi, a-t-il décidé d’aller en sit-in pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’entraves à la liberté syndicale. « La dernière goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand le maire a décidé de venir sceller le service de l’élevage qui est un service de l’état et les agents qui animent ce service sont des militants du Syntsha » s’indigne le secrétaire général Pierre Somé.

72 heures durant à compter du 23 septembre dernier, les militants du Syntsha ont assiégé le service départemental de l’élevage de 7h30 à 12h pour selon eux, exiger l’arrêt des intimidations et menaces contre les agents du Syntsha, la sécurisation du service départemental de l’élevage et une mise en garde du maire de Houndé sur la fermeture des services publics.

Dans un communiqué publié le 25 septembre 2019 sur la place Facebook de la mairie de Houndé, le maire rappelle que la taxe d’abattage instituée par le conseil municipal et recouvrée par la Mairie à travers ses agents de collectes reste en vigueur. Le payement de la taxe d’abattage est obligatoire et indépendant de l’activité de l’inspection de la viande précise le communiqué

IBK/Houndé

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...

Baccalauréat 2023 dans les Hauts-Bassins : Le plus vieux candidat a 65 ans

Les épreuves écrites de la session 2023 du Baccalauréat ont débuté officiellement ce mardi 20 juin 2023 sur toute l’étendue du territoire national. Dans...