dimanche, juin 16, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Sofitex : Wilfried Yaméogo encore devant les juridictions pour une affaire de 58 millions

spot_img

Partager sur

Relaxé en février 2023 pour infraction non constitué dans une affaire de passation irrégulière de marchés publics de plus de 6 milliards FCFA, Wilfried Yaméogo, ancien directeur général de la Sofitex est à nouveau devant les juridictions. Avec 3 de ses collaborateurs, ils sont cette fois-ci poursuivis par le REN-LAC pour le détournement de 58 millions FCFA et pour faux et usage de faux en écriture publique.

Les faits remontent à courant l’année 2018. Cette année-là, un média faisait état de ce que des détournements de deniers publics auraient été constatés à la Sofitex. Un détournement dont Wilfried, l’ancien DG, serait le principal commanditaire suivi de trois de ses collaborateurs.

C’est ainsi qu’informé de la situation, le REN-LAC (Réseau national de lutte anti-corruption) s’est saisi du dossier, instruisant un audit qui a, in fine, décelé un vide financier de 58 millions impliquant effectivement l’ancien DG ainsi que trois (03) de ses collaborateurs.

51 millions FCFA pour calmer une fronde

A la barre ce lundi 08 avril 2024, les quatre mis en cause reconnaissent amplement les faits.  Cependant, disent-ils que le montant manquant, de 51 millions FCFA, qui n’apparaît pas dans les fichiers comptables de la Sofitex a été utilisé à l’époque pour calmer une fronde de producteurs dans la région cotonnière de N’Dorola.

« Il vous en souviendra que courant la campagne cotonnière de 2016-2017, une crise avait éclaté avec les producteurs de la région cotonnière de N’Dorola. Et ces derniers avaient juré en son temps sur des fétiches de ne plus cultiver le coton. Pourtant, si ces derniers ne produisaient pas, la production cotonnière de la Sofitex allait baissée de 45 mille à 7 mille tonnes. C’est tenant compte de cela que nous avons approché des personnes ressources pour demander la résolution de la situation. Et la somme des 51 millions a été distribuée à ces personnes-là pour non seulement exorciser la zone concernée mais aussi et plaider pour que ces producteurs acceptent de produire le coton », a justifié le directeur financier à l’époque.

Pour lui, sans cette opération, on ne parlerait plus de la Sofitex aujourd’hui.  « Je suis aujourd’hui fier d’avoir posé une action qui a sauvé la Sofitex parce que si je n’avais pas déboursé cette somme, la Sofitex allait tomber » s’est-il réjoui de son acte.

Faux et usage de faux en écriture publique

Pour le faux et usage de faux en écriture publique, elle porte sur la substitution des noms des bénéficiaires réels sur les actes comptables de ladite opération (ndlr : 51 millions).

« L’opération était stratégique et délicate. Pour ce faire, les principaux bénéficiaires à savoir les personnes de ressources qui devaient intercéder auprès des producteurs avaient souhaitées ne pas être cités comme ayant reçu quelque montant que ce soit. Il fallait donc trouver des noms pour inscrire dans les fichiers comptables comme bénéficiaires. C’est pourquoi j’ai utilisé des noms d’autres agents de la Sofitex (ndlr : qui n’étaient d’ailleurs pas informés de l’opération) pour mettre à la place de ceux des vrais bénéficiaires », a expliqué le directeur financier.

« Au nom de l’intérêt supérieur de la Sofitex… »

Quant aux chefs d’accusation retenus contre l’ancien DG, à savoir le délit de complicité sur le détournement des 51 millions mais aussi de détournement de 07 millions, celui-ci reconnaît les faits. Mais dit avoir agi au nom de l’intérêt supérieur de la Sofitex.

« Sur les 7 millions dont ils parlent (ndlr : le REN-LAC et le Parquet), je ne les ai pas détournés. À l’époque, il y a un de nos agents qui souffrait d’AVC et devait être évacué pour des soins. Il a introduit un dossier ; c’est là que je lui ai accordé un préfinancement de 07 millions. C’est vrai que cela n’est pas régis par les textes de la société mais je pense avoir posé un acte social et humain et si pour cela on doit me dire que j’ai détourné de l’argent je vous laisse apprécier », a-t-il lancé à l’endroit du Tribunal.

« Et je vous rappelle que cette opération des 51 millions pour exorciser les fétiches a rapporté un peu plus de 20 milliards à la Sofitex avec une production cotonnière qui est passée de 7 mille tonnes à 45 milles » a-t-il indiqué le bien-fondé de son acte.

Du reste, dans sa constitution de partie civile, le REN-LAC a réclamé 1 f symbolique aux mis en cause au titre du préjudice moral subi. Ce que rejettent les avocats de la Défense qui estiment que le REN-LAC ne peut en aucun cas réclamer cette somme symbolique car pour eux, il n’a subi aucun préjudice moral dans cette affaire. « Je demande à ce que la constitution de partie civile du REN-LAC soit déclarée irrecevable. Parce que la seule victime réelle dans ce dossier, c’est la Sofitex en tant que personne morale mais la Sofitex elle-même à travers son avocat dit n’avoir pas subi de préjudice au contraire cela lui a été bénéfique. Comment une association, fit-elle dénommée le REN-LAC peut dire qu’elle a subi un préjudice moral dans ce dossier », ont-ils plaidé.  

Requalification des faits…

Le parquet a, du reste, dans sa réquisition, demandé de requalifier les faits de détournements de deniers publics en des faits d’abus de fonctions car pour lui, les prévenus, sachant bien que ces genres d’opérations ne sont pas prévues dans les lignes budgétaires de la Sofitex ont abusé de leurs fonctions pour mener de telles transactions.

Et de les déclarer coupables selon le parquet. En répression, requiert pour chacun d’eux, une peine d’emprisonnement de 12 mois assorti de sursis, au paiement d’une amende de 21 millions de francs CFA et ordonné la confiscation de leurs biens. Et assortir cette décision d’une contrainte judiciaire de six mois d’emprisonnement.

Le dossier est mis en délibéré pour le 06 mai 2024 pour jugement à être rendu.

Diakalia Siri/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...