mercredi, juin 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Urgences sanitaires : Le CHUSS de Bobo apte à faire face à toute éventualité

spot_img

Partager sur

Le Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires (CORUS) et le Centre Hospitalier Universitaire Souro Sanou (CHUSS) ont organisé un exercice de simulation de gestion d’une urgence sanitaire pour tester le plan blanc de l’hôpital. Objectif, s’assurer de l’efficacité du dispositif de l’hôpital en vue de faire face à d’éventuelles situations d’urgence sanitaire de grande envergure. L’opération a eu lieu dans la matinée de ce jeudi 14 décembre 2023 au sein du Centre Hospitalier Universitaire Souro Sanou (CHUSS).

Préparer le terrain à la gestion d’une urgence sanitaire. C’est l’objectif visé par le Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires (CORUS) en organisant l’exercice de simulation de gestion d’une urgence sanitaire pour tester le plan blanc du Centre Hospitalier Universitaire Souro Sanou (CHUSS). Cet exercice a consisté à créer une situation de catastrophe sanitaire avec à la fois beaucoup de blessés à prendre en charge. Pour ce faire, ce sont plusieurs acteurs qui ont été mobilisés pour la circonstance notamment les sapeurs-pompiers, le personnel soignant et la Police Nationale.

Un exercice de simulation de la prise en charge d’une urgence sanitaire

Pour les besoins de l’exercice en effet, les victimes ont été préparés et simulés en blessés quelque part en ville. Les sapeurs-pompiers étaient chargés de transporter ces malades vers le CHUSS dans les conditions d’une situation réelle. Ainsi les véhicules des pompiers se succédaient sans cesse avec des malades légers comme graves au sein de l’hôpital. Comme en situation réelle, les pompiers prennent le soin d’étiquer les maux ou les blessures de chaque victime sur la poitrine ou sur toute autre partie du corps. Sur ces étiquettes, on peut lire ‘’traumatisme genou’’, ‘’excoriation’’, ‘’céphalées’’, ‘’entorse coude’’, etc. Dès que l’hôpital a reçu l’alerte, un dispositif sanitaire s’est immédiatement mis en place devant le bâtiment du bloc opératoire.  Dès que les malades sont débarqués, le personnel soignant les accueille et commence l’identification des malades et leurs maux. S’en suit les premiers soins pendant qu’une partie de l’équipe soignant s’attèle à bien installés les malades pour les soins intensifs. En un temps records, l’hôpital reçoit une trentaine de blessés à prendre en charge avec des cas graves.

Les infirmiers et médecins ont activé leur levier de professionnalisme. Très rapidement chaque malade est identifié, ausculté et pris en charge. Une cellule de crise est mise en place avec à sa tête le directeur général du CHUSS. L’hôpital va maintenant devoir faire face aux parents des victimes qui tiennent à voir leurs proches qui sont en pleins soins. La tension commence à monter du côté de ces derniers qui refusent de patienter. Les locaux de la direction générale du CHUSS sont pris d’assaut par les parents mécontents. Face aux risques de troubles, l’hôpital fait appel à la Police Nationale dont les éléments sont rapidement intervenus pour sécuriser les lieux. Le chef de mission de la Police Nationale calme les ardeurs des manifestants circonstanciels. Le chargé de communication de l’hôpital annonce la sortie imminente du directeur général aux mécontents. Peu après, il sort et explique la situation des victimes à leurs parents avant de les rassurer que leurs malades sont bien pris en charge. Difficilement les tensions se calment et les choses rentrent dans l’ordre. Toute chose qui a permis au personnel de poursuivre les soins des victimes sans perturbation.

Les différentes étapes de la prise en charge d’une urgence sanitaire testées avec succès

Directeur général du CHUSS, Seydou Barro s’est satisfait du succès de l’exercice de simulation qui a permis de tester efficacement le dispositif sanitaire de l’hôpital. Pour lui, cet exercice a permis de se rassurer que le CHUSS peut faire face à une éventuelle urgence sanitaire. « Nous sommes dans un contexte de crise. Pour cela, nous avons élaboré depuis 2021 un plan de gestion d’urgence sanitaire en cas de catastrophe. C’est ce que nous appelons le plan blanc. Cet exercice nous a permis de tester notre dispositif. Nous avons remarqué que ce dispositif est prêt. Cet exercice va aussi nous permettre de corriger les manquements qu’on aura à constater afin que l’hôpital puisse réagir convenablement et efficacement en situation réelle », a expliqué le directeur général du CHUSS, Seydou Barro.

Frank Obulbiga est médecin et par ailleurs le représentant du Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires (CORUS). Pour lui, la gestion des situations d’urgence sanitaire a besoin de préparation. Il y a donc, selon lui, une nécessité d’élaboration de plan d’urgence appelé plan blanc pour les hôpitaux. C’est dans ce cadre, souligne-t-il, que s’inscrit l’exercice de simulation de gestion d’urgence sanitaire.

Le directeur général du CHUSS face aux parents des victimes de la simulation

L’objectif est, dit-il, de permettre aux différents acteurs de s’approprier le plan blanc du CHUSS afin qu’ils puissent réagir promptement et efficacement en cas de situation sanitaire exceptionnel. « C’est une manière pour nous d’amener chaque acteur à maitriser son rôle en cas de situation sanitaire d’urgence afin d’avoir le moins de perte possible », précise Frank Obulbiga. Ce dernier s’est réjoui de la qualité de l’exercice. Il est sûr qu’il permettra de relever des insuffisances qui pourraient être capitalisées pour améliorer le plan blanc du CHUSS.

Le Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires (CORUS) est une structure chargée d’assurer la formation sur la gestion des urgences de santé publique au Burkina Faso. Elle assure le leadership dans la préparation collective, la coordination et la gestion des opérations liées aux risques et urgences sanitaires au Burkina Faso.  C’est une direction technique de l’Institut National de Santé Publique (INSP) créée par décret le 18 juin 2018.

Abdoulaye Tiénon/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...