dimanche, mai 19, 2024

WhatSapp : +226 71 13 69 42

spot_img
spot_img
spot_img

Les grandes funérailles à Bobo : Pour « accompagner les âmes des défunts au royaume des ancêtres »

spot_img

Partager sur

Les grandes funérailles ou Sangaba, fête annuelle des bôbô madarê, battent leur plein depuis le 14 avril 2024 et ce, jusqu’au 18 avril prochain. Cet évènement à caractère festif, revêt d’une importance capitale pour cette communauté, jalouse de sa tradition.

Chez les bôbô Mandarê de Dioulassobâ, les grandes funérailles sont au cœur de l’univers des pratiques cultuelles. Elles rythment cette société et sont considérées comme des rites péremptoires permettant au défunt d’accéder au royaume des morts et de siéger auprès des ancêtres. 

Elles sont, selon Seydou Sanou, personne ressource de la chefferie coutumière de Dioulassobâ, essentiellement réservées aux personnes d’une certaine classe sociale et d’un certain âge. « Les grandes funérailles chez les Bôbô sont célébrées lors des décès des grandes personnes. Mais pas toutes les personnes âgées. C’est précisément les notables comme les chefs de village, les chefs des initiés qu’on appelle « Yèlèbô » », fait-t-il savoir.

Seydou Sanou, personne ressource de la chefferie coutumière de Dioulassobâ

Ce que représentent ces festivités

Pour Seydou Sanou, les grandes funérailles revêtent une grande symbolique chez les bôbô madarê. Elles sont selon lui, des instants de prières et d’adoration en vue d’accompagner les âmes des défunts au royaume des ancêtres.

« Les grandes funérailles chez nous les bôbô, ce sont des moments de prières pour le repos des âmes de nos disparus. Ces jours pour nous, ce sont des pleurs. D’aucun ont perdu leur père, d’autres leurs mères ou grand-père. Les grandes funérailles nous permettent donc d’avoir une pensée pieuse pour ces dernières », relate-t-il cette tradition devenue une fête qui draine du monde chaque année.

A lire aussi-Sangâbâ à Bobo-Dioulasso : Dans l’arène des masques !

Une tradition du reste, précieusement conservée et transmise de génération en génération et « qui fait aujourd’hui la fierté de ce peuple ».

Au-delà des masques…

Si la sortie des masques qui s’accompagne de la musique du terroir offre une dimension ludique et festive aux grandes funérailles, il n’en demeure pas moins qu’elles revêtent également un contenu très sacré non accessible à tous.

La sortie et la danse des masques constitue un acte important de cet évènement

« A l’occasion, nous immolons des poules sur des fétiches pour implorer les dieux pour que ceux qui ont été retirés de notre affection aient un repos éternel. Il y a beaucoup de choses à l’intérieur mais malheureusement, je ne peux pas en dire plus au risque de trahir la parole donnée », affirme-t-il.

Du reste, ces funérailles annuelles se fêtent selon lui, pendant la saison sèche, moment idéal pour les retrouvailles et de raffermissement des liens. Elles occupent donc une place prépondérante au sein de cette communauté.

En rappel, les bôbô-madarê seraient venus de l’empire du Mali pour s’installer dans le grand Ouest du Burkina Faso. C’est au 18ème siècle qu’ils ont créés le « Molo ta Kolo » ou royaume de Molo Sanou afin d’être une communauté unie pour se protéger contre les enlèvements esclavagistes et surtout pour sécuriser les routes commerciales.

Ce royaume avait pour capital Sya, pseudonyme attribué aujourd’hui à la ville de Bobo-Dioulasso, fief des bôbô et de leurs cousins immédiats, les Bwaba et Bwa.

Diakalia Siri/Ouest Info

La rédaction
La rédaction
Ouest Info est un média en ligne basé à Bobo-Dioulasso dans la région de l’Ouest du Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Abonnez-vous à notre Newsletter

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Suivez nous sur Facebook

ARTICLES POPULAIRES

Bobo-Dioulasso : Elle décroche le BAC à 16 ans

Agée de 16 ans, Sanou Awa Farida était la plus jeune candidate de la région des Hauts-Bassins à la session 2023 du Baccalauréat. Examen...

Ali Konaté : L’homme qui a « gracieusement » offert ses engins pour réparer le pont de la Guinguetta

Ali Konaté. Ce nom est certainement connu comme étant celui du président de l’union nationale des dozos (UND) du Burkina.Mais derrière ce chasseur traditionnel...

Village de Pala : Les pas de Dinguin Gbaga ou les traces de l’existence d’un homme géant

Pala est un village rattaché à la commune de Bobo-Dioulasso. Habité en majorité par des forgerons bôbô, le village dispose de lieux mythiques qui...

Bobo-Dioulasso: Plus de 3 600 ha mobilisés par 26 sociétés immobilières

3 628,68 ha. C’est la superficie totale de terre mobilisée par 26 sociétés de promotion immobilière dans la commune de Bobo-Dioulasso.De ces 26 sociétés...

Lonabet: La plateforme de pari sportif en ligne de la LONAB

Le « Pari sportif » est un produit dérivé de la gamme Faso Pari logée dans l'architecture de marque de la LONAB. C'est un jeu...

Transport aérien : Le groupe EBOMAF lance Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023

Le groupe EBOMAF veut lancer Liza Aviation à Bobo Dioulasso le 27 avril 2023. Le leader du BTP a choisi de faire le vol...